Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption à LescarCathédrale Notre-Dame de l'Assomption à Lescar
©Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption à Lescar|Pau Pyrénées Tourisme / DG

Lescar Pèlerinage depuis le Moyen-Âge

À l’ouest de Pau, Lescar… L’antique cité épiscopale sert d’écrin à la cathédrale romane Notre-Dame-de-l’Assomption. Fondée sur l’ancienne Bénéharnum romaine qui donna son nom au Béarn, elle invite à la contemplation face à la chaîne des Pyrénées. C’est une étape incontournable de la via Tolosa qu’empruntent, depuis des siècles, les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle ! Depuis Pau, une côte sinueuse vous fera remonter le temps.  Après un ou deux virages serrés, les ruelles étroites vous mènent au pied de la cathédrale, cernée de façades béarnaises patinées par le poids d’une histoire deux fois millénaire.

La Cathédrale

Lescar fut la première capitale du Béarn à l’époque gallo-romaine.
La cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption en est le joyau. C’est ici que reposent les souverains du Royaume de Navarre, dont les grands-parents d’Henri IV. La cathédrale de Lescar abrite une grande diversité de décors médiévaux sculptés et peints. Elle cache aussi, en sa nef, un trésor de mosaïque et un orgue monumental classé.

C’est à voir ! Et si vous passez à l’Office de Tourisme, en face de la cathédrale, nous vous confierons des secrets qui rendront votre visite palpitante. Poussez la lourde porte de bois de l’entrée, vous êtes dans la cathédrale : imposante, élancée et raffinée, elle vous accueille dans toute sa rondeur romane. Avancez-vous jusqu’à l’abside, encore un peu… Vous voilà face à l’un des joyaux de l’édifice : les mosaïques de Gui de Lons.

La mosaïque au Maure

Cette merveille du 12e siècle a surgi du passé lors de travaux de rénovation en 1838. Le chasseur à l’olifant, des fauves et autres animaux sauvages illustrent deux scènes de chasse médiévale. Clou de ce chef-d’œuvre, la mystérieuse mosaïque du “petit chasseur Maure”. Le protagoniste, capturé à Saragosse lors de la Reconquista, selon la légende, a perdu un pied. Il est représenté, appareillé d’une jambe de bois et menant ses activités de chasse et de tir à l’arc sans gêne… C’est la plus ancienne représentation de prothèse connue en Occident ! Devenu l’emblème de Lescar, le Maure unijambiste est la star de la vénérable bâtisse !

Dominus Guido episcopus Lascurensis hoc fieri fecit pavimentum ”
Seigneur Gui, évêque de Lescar, fit faire ce pavement.

Les remparts et l’évéché  Des fondations gallo-romaines

Côté sud sur la place royale, se dresse la tour du presbytère. Une fois franchie la porte en bois, l’étroit escalier vous conduira vers les remparts sud de la cité. Vous êtes dans la partie la plus ancienne de la ville dont les fondations datent du Ier siècle, du temps de l’antique Bénéharnum gallo-romaine, située en contrebas. Maintes fois restaurés au cours des siècles, ces remparts ont protégé le développement de la ville.

Pause et contemplation : Face à vous, les Pyrénées et la douce nature du ravissant jardin-terrasse de la cité de Lescar.

 

Sur le chemin de Saint-Jacques

Lescar est situé sur la Via Tolosa et offre refuge aux pèlerins depuis toujours. C’est aussi un départ de randonnée pour les amateurs.

Venir à Lescar
  • En bus (environ 30 à 40 min) au départ de la gare de Pau
  • En voiture (20 min.).
  • À vélo (30 min) par la boucle depuis le gave de Pau jusqu’à Lescar.
Village Emmaüs

Le village Emmaüs est un lieu à part entière, pour chiner des objets recyclés, suivre des ateliers ou vous restaurer. Un festival de musique est organisé chaque été.

Quand il pleut

À Lescar, les frères Wright ont ouvert la première école d’aviation et de pilotage. Les passionnés ne manqueront pas la Chapelle mémorial de l’aviation et le Musée des Parachutistes.

Un musée pour une histoire prestigieuse

Niché dans les anciennes caves du palais épiscopal, le musée rassemble une collection d’objets archéologiques de l’âge du bronze à l’Antiquité. Œuvres d’art et objets du quotidien témoignent de l’intense activité de l’ancestrale cité.

Traversez la place de l’Évêché, dont l’apparence anodine, dissimule le passé glorieux : ici trônait fièrement le palais épiscopal au 14ème siècle. Détruit à la Révolution, il se devine grâce à quelques ruines éparses : les vestiges de l’imposante tour de garde, la prison et son cachot, toujours visibles de nos jours, et l’ancienne tour-escalier attachée au palais.

Au sol, juste à côté du joli petit jardin médiéval reconstitué, quatre sarcophages mérovingiens témoignent silencieusement de cette histoire.

Le collège des Barnabites

A Lescar, vous trouverez aussi l’ancien collège des Barnabites. Aujourd’hui, c’est le lycée public et laïque « Jacques Monod » qui prend place dans le grand parc des chanoines du 17ème.

Fermer